Vanlife : faire Tiers Lieu en van aménagé ?

Catégorie : Réflexion
"Vanlife et tiers lieu, partager son quotidien de vanlifer et faire tiers lieu, c'est possible !"
Rédigé par : Vincent
Temps de lecture : 5 min

La Vanlife, c’est le fait de vivre, voyager et/ou travailler dans un camion aménagé. Nous avons tenté l’expérience à la suite de l’année mouvementée que nous avions passée à Lyon (Lire l’article : Tiers Lieux et Gilets Jaunes : notre retour d’expérience) Aménagement d’un van, préparatif du parcours… en route pour l’aventure !

« Il faut voyager pour frotter et limer sa cervelle contre celle d’autrui »

Montaigne

Le phénomène vanlife

La vie en camion aménagé a longtemps été associée à la culture gitane ou à la culture anti-système. Aujourd’hui, ce mode de vie est devenu tendance. La vanlife est popularisé par de jeunes youtubeurs, comme les Marioles Trotters, qui partagent leur quotidien sur les réseaux sociaux.

Les Marioles Trotters, la vanlife en Afrique
Marion et Anatole – les Marioles Trotters – publié avec leur accord

Ce qui rassemble cette communauté, c’est avant tout le goût du voyage. Il y a aussi des valeurs communes comme l’envie d’être au plus proche de la nature. Il est aussi nécessaire de ne pas avoir peur du minimalisme. À contre-sens du consumérisme, ce terme traduit un mode de vie simple qui pousse à repenser notre relation aux objets du quotidien. En effet, le Vanlifer vit dans un espace réduit : il lui est donc impossible de s’encombrer d’objets inutiles ou de partir avec une garde robe conséquente !

Adopter ce mode de vie, c’est aussi développer des compétences inattendues comme :

  • L’organisation : apprendre à ranger ses affaires avant de reprendre la route
  • La gestion des déchets : la règle d’or est de ne jamais laisser de détritus derrière soi, pensez aux autres et à la nature !
  • La gestion des ressources : on prend rapidement conscience qu’il faut économiser l’eau et l’électricité si on ne veut pas se retrouver à sec au bout d’une journée.

Vous vous sentez l’âme d’un vanlifer, mais il vous manque quelque chose d’essentiel…

L’aménagement de son van

La première solution consiste à en louer un. Il existe de nombreux opérateurs qui proposent des vans à la location pour partir en roadtrip dans toute l’Europe. Attention, tout de même, les tarifs sont exorbitants. La seconde option est d’en acheter un déjà tout aménagé. La troisième option, de loin la plus répandue dans le milieu, est de partir d’un camion nu. Et oui, le vanlifer prend plaisir à imaginer son espace de vie et à aménager son van soi-même.

Au total, nous avons passé 5 mois pour dessiner les plans, effectuer les travaux d’aménagement et réaliser toutes les démarches administratives pour convertir notre fourgon en véritable petit chalet sur roue. 5 mois, c’est long, mais ça en valait la peine pour plusieurs raisons. La première, c’est qu’on trouve qu’on a fait du super boulot pour des débutants (:D), la deuxième, c’est qu’on a appris pleins de choses dans des domaines variés : découpe de tôles, pose d’une isolation, construction de meubles, installation d’un système électrique solaire autonome en énergie.

Aménagement du fourgon pour débuter la vanlife
Notre camion aménagé sur base d’un Ford transit custom L2H1

On partagera les étapes de l’aménagement de notre fourgon dans un nouvel article.

Vous voilà en possession de votre fourgon aménagé, et maintenant, c’est quoi le plan ?

La vanlife, une aventure au jour le jour

Vincent à l’accueil du Trip’n Hostel à Tirana

Est-ce qu’un voyage doit forcément avoir un but défini, ou bien le simple fait de vivre l’expérience se suffit à elle-même ? Sûrement un peu des deux. Pour nous, c’était plutôt un challenge qui nous animait : celui d’arriver en Albanie pour effectuer du volontariat dans une auberge de jeunesse. Et vous savez quoi ? Nous y sommes arrivés !

« Voyager rend modeste. On voit mieux la place minuscule que l’on occupe dans le monde »

Gustave Flaubert
L’arrivée du 10km de Tirana

Pourquoi une auberge de jeunesse ? On idéalise souvent la vie dans ces espaces où des jeunes gens du monde entier se croisent dans des décors parfois surréalistes. On fait la fête, mais pas que. Ce sont souvent des moments privilégiés pour effectuer une pause dans sa vie et faire le point sur ses futurs projets. Pendant plus d’un mois, nous avons assuré les services de petit-déjeuners et occupé le poste de barman dans l’un des hostels les plus réputés de Tirana : le Trip’n’Hostel ! On parle évidemment de voyage, mais aussi de sujets plus sérieux qui touchent notre génération.

Et pour aller au bout de l’aventure, nous nous sommes lancés pour défi de courir les 10 km de Tirana. Après quelques entraînements, nous défilons dans les grands boulevards pour une course inoubliable à travers le magnifique parc de la capitale.

La vie de vanlifer, ça à l’air cool, mais de quoi vit-on ?

Les nouveux nomades

En fait, il y a plein de façons de s’en sortir. Si pour vous la vanlife ne dure que quelques semaines, il est possible de vivre de vos économies ou d’utiliser une partie de votre chômage (Mais s i!! on vous a dit qu’être vanlifer, c’est développer de nouvelles compétences :D). Si vous envisagez de ne jamais retourner à une vie sédentaire, alors soit vous devenez youtubeur, soit vous développez une activité indépendante. Parmi ces derniers, on retrouve la catégorie des Digital Nomad.

Dans le livre Nouveaux Nomades aux éditions Arkhé, on apprend que le haut lieu de cette communauté se trouve à Chiang Mai en Thaïlande, ou encore à Bali en Indonésie. Nous avons rencontré au moins deux digital nomad au Trip’n Hostel. Amy, une anglaise de 20 ans qui rédigait des avis sur des sites de e-commerce, et Jenny une irlandaise dans la trentaine qui donnait des cours d’anglais en ligne à des enfants chinois. Pour ses travailleurs numériques, le monde entier est un bureau. Alors autant poser ses affaires dans un endroit paradisiaque et faire des pauses-cafés au bord de l’eau ! En van, l’accès à Internet est parfois plus compliqué, mais l’essor de la 4G ou de la 5G permet de dépasser ces limites.

Faire tiers lieu en fourgon aménagé ?

Maintenant que nous avons tout le matériel nécessaire, est-il possible de combiner vanlife avec le concept de tiers lieu ? Oui, dans ce cas-là, le tiers lieu sera à la fois mobile et éphémère. Le site Movilab en donne la définition suivante :

Un « Tiers Lieux éphémère » est un tiers lieu à part entière que nous allons co-construire à l’occasion d’une journée ou d’un événement spécifique.

Voici deux projets de tiers lieux mobiles :

  • Le projet Wild Human Life propose via son association chemins de faire des ateliers nomades en France et en Europe. Une remorque se transforme en boîte à outils pour présenter des alternatives à nos systèmes de production et modes de consommation actuels
  • Le projet Mobilab Songo se définit comme un projet itinérant, libre, écologique et solidaire. Il propose de transmettre l’idée d’autonomie en organisant sur sa route des ateliers et des animations.

Ce sont ces types de projets qui nous ont orientés vers l’achat d’un camping-car à notre retour en France, car oui, il faut aussi penser au retour.

La fin de l’aventure en van

Le retour à la maison génère parfois un sentiment d’inquiétude, celui de retourner à une vie “normale” après des mois de voyage. Il y a malgré tout l’envie de retrouver son cocon familial et son cercle d’amis. Il y a eu un peu de tout cela lors de notre traversée de la frontière franco-italienne au niveau de Montgenèvre. Après une courte halte à la belle ville de Briançon, nous franchissons le col du Lautaret pour faire une pause déjeuner au petit village du Freney-d’Oisans.

Cécile et Vincent, la vanlife à la montagne
Retour en France au niveau du col du Lautaret

Le lieu propose un repas du jour abordable, le traditionnel steak frite. Les aubergistes sont accueillants, un vieil homme était déjà attablé près de la fenêtre. Certainement un habitué des lieux. Nous nous asseyons à la table d’à côté. L’ambiance chaleureuse pousse facilement à la discussion, d’autant que nous avons des expériences à partager ! Le couple d’aubergistes est attentif à notre récit. Cependant, ils n’imaginent pas leurs enfants faire la même chose, par peur que cela fasse tâche sur leur CV. La valeur travail était très ancrée dans leur esprit, et il était inimaginable de faire une telle parenthèse dans sa carrière professionnelle.

Au contraire, l’ancien routier nous encourage dans cette démarche. Lui, qui était tombé amoureux de la région par hasard, s’y est définitivement installé pour vivre une histoire de cœur.

« Vivez votre vie telle que vous la rêvez »

Le vieil homme

C’est avec ces mots en tête que nous retrouvons nos familles, avec l’envie d’écrire une nouvelle page de notre histoire.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonne-toi à la newsletter et reçois la plaquette du projet !

Tu seras informé de toutes les nouveautés du projet et de la parution de nouveaux articles en avant première

Bienvenue dans l'aventure !